Google Panda : causes d’une pénalité et solutions

Google panda

La mission de Google consiste à valoriser les sites de qualité. Mais le moteur doit aussi faire en parallèle de plus en plus de nettoyage et agir pour lutter contre le spam qui augmente d’année en année. Le filtre Google Panda sanctionne ainsi les sites abusant de techniques dites de sur-optimisation on-site depuis février 2011. Si la pénalité infligée par Panda est un coup dur, il est possible de s’en relever, notamment en optant pour une stratégie SEO modérée et durable.

Attention aux ancres de liens

L’optimisation des liens en interne est devenue dangereuse, du moins lorsqu’elle est utilisée abusivement. Panda pénalise les sites qui contiennent des liens internes sur-optimisés : la répétition d’ancres de liens similaires et/ou sans réel intérêt pour les internautes est une erreur classique à éviter. Pour lever la pénalisation en cas de sur-optimisation des ancres, le maillage de liens internes du site doit être entièrement retravaillé. La tâche peut s’avérer complexe. En rendant les liens plus naturels (ancre adaptée au contenu de l’URL cible), voire en supprimant ceux qui n’ont pas lieu d’exister, la sanction peut être levée définitivement.

Les erreurs courantes concernant les contenus

Pour qu’un site soit bien positionné il doit proposer des articles uniques et originaux. Mais les sites abordant une thématique très ciblée peuvent parfois présenter une ligne éditoriale aux sujets très récurrents et/ou trop proches sémantiquement. Les pages contiennent alors des textes relativement similaires et Panda peut sanctionner ce type de comportement.

Dans ce cas de figure spécifique il existe des solutions pour lever la sanction. La première étape consiste à reprendre les pages visées pour les étoffer, leur donner une vraie raison d’être au delà d’un simple objectif de génération de trafic. Il arrive également parfois que la suppression ou la désindexation des URLS soit nécessaire. Mais la meilleure solution reste la publication régulière d’articles aux sujets bien distincts et au contenu approfondi. En cas de pénalité, l’emploi de cette simple stratégie de bon sens encouragera la levée de sanction.

L’affiliation est aussi dans le collimateur de Google

Google n’aime pas ce qui est artificiel, ce qui n’a pas de sens du point de vue de l’internaute. Cela concerne aussi les liens sortants, et en particulier les liens qui servent à monétiser le trafic. Un site contenant des articles avec des liens affiliés aura tout intérêt à les masquer, en recourant par exemple à un plugin de réduction d’URL. Ces extensions permettent d’obtenir une URL propre sur la base de la racine du site qui publie l’article affilié. Une astuce simple qui évite aussi de semer le doute dans l’esprit de l’internaute lorsqu’il aperçoit une URL qu’il ne connait pas.

Prévoir une issue de secours

Google a des exigences toujours plus importantes en terme de qualité de contenu. Certaines techniques SEO auparavant très populaires sont aujourd’hui fortement déconseillées. Une bonne raison de veiller à produire un site avant tout satisfaisant pour l’internaute.

Enfin, même si une pénalité peut toujours être levée, ne jamais oublier que c’est un travail de longue haleine qui présente un coût parfois non négligeable. Tout site doit donc pouvoir générer du trafic indépendamment du levier SEO (via les réseaux sociaux, le SEA, le RTB, etc.).

Pour aller plus loin, voir également l’article de Alex Bortolotti

PULSEM

Fondée en 2013 par un Consultant spécialisé en référencement naturel (SEO) et payant (SEA), Pulsem est une agence Search indépendante. Nous accompagnons des entreprises dans l'optimisation de leur visibilité sur les pages de résultats des moteurs de recherche. Nos locaux sont situés au cœur de Paris, dans le 4e arrondissement.

Contacts

PULSEM - Téléphone : 01 88 32 84 92
30-32 boulevard de Sébastopol
75004 Paris

Tweets

Que va-t-il rester de Google France après les dernières annonces de remaniement des équipes de la firme ? http://t.co/dB2QjJrBlJ
Google AdWords convertit maintenant les pubs Flash en HTML5 : http://t.co/dOffPkoj6U #SEA