SEO en Chine : Optimiser un site pour le moteur de recherche Baidu

SEO BaiduBaidu est le moteur de recherche leader sur le marché chinois avec environ 60% de parts de marché en 2014. Pour rappel, la version chinoise de Google s’est expatriée à Hong-Kong après ses déboires avec la censure gouvernementale en 2010.

La Chine est un marché très volumineux puisqu’il compte début 2014 près de 600 milliards d’internautes, soit 12x plus de personnes connectées qu’en France.

L’hébergement

Le premier axe d’optimisation est lié à l’hébergement : Baidu favorise les sites internet hébergés sur le sol chinois. Un site hébergé à l’étranger (en Europe ou aux USA) sera en effet 10x plus lent à cause de la distance de connexion avec le serveur, autant donc privilégier les prestataires locaux.

Concernant le nom de domaine, il est fortement recommandé d’acquérir un « .cn », ou à défaut un « .com.cn », car les extensions internationales ne sont pas valorisées par le moteur.
Pour acheter un nom de domaine en « .cn », il faut que le siège social de l’entreprise soit situé en Chine ou qu’elle possède une filiale sur place. Mais il est toujours possible de contourner cette règle en passant par un regitrar qui est en relation avec des acteurs locaux. Il faudra néanmoins montrer patte blanche en fournissant des informations spécifiques sur la société et nommer un responsable légal auprès du gouvernement chinois.

Baidu

L’optimisation On-site

Il est impératif que les contenus du site soit rédigés en chinois et non en anglais. Le chinois simplifié est la langue recommandée, le mandarin étant plutôt réservé à Taïwan et à Hong-Kong.
Baidu référence très mal les sites en anglais pour la simple raison que la population chinoise ne comprend pas, ou peu, l’anglais (95% des chinois ne le parlent pas). Mieux vaut donc faire appel à un traducteur. A contrario, utiliser un outil automatique type Google traduction n’est pas conseillé, le résultat ne sera pas à la hauteur et cela se ressentira fortement sur le positionnement.
Pour ce qui concerne les URLs, il est préconisé d’utiliser le Pinyin plutôt que l’anglais. Pinyin est un système de retranscription phonétique des caractères latins en chinois. Dans ce cas précis il est possible de passer par un logiciel de traduction automatique car la traduction littérale mot à mot est envisageable pour les URLs.

A l’inverse de Google, l’algorithme de Baidu va fortement favoriser la quantité. Un site chinois qui souhaite être bien indexé doit être très riche en contenus. Plus il proposera de pages denses, mieux il sera valorisé dans les résultats.

Site presse Baisu

Les balises à optimiser sont peu ou prou les mêmes que celles qui ont du poids auprès de Google (ou qui en ont eu par le passé) : title, h1, meta description et balise keyword. L’insertion systématique de mots clés dans les URLs ne joue pas en revanche.
A contrario de Google qui voit d’un mauvais œil la sur-optimisation sémantique par la manipulation de la densité de mots clés, celle-ci fonctionne plutôt bien avec Baidu. Le « keyword stuffing », technique visant à répéter de manière ostensible les mots clés dans les emplacements stratégiques (contenu, balises), est donc recommandé.

Le Baidu Webmaster Tools

L’équivalent chinois de l’outil mis à disposition par Google est aussi un axe d’optimisation à ne pas négliger. La connexion se fait à l’adresse suivante : zhanzhang.baidu.com.

L’outil propose de nombreuses fonctionnalités très utiles : un formulaire de soumission pour l’indexation, un générateur de fichiers robots.txt et de sitemap.xml, un analyseur de pages ou encore un « keyword generator », à la manière de l’outil de planification de mots clés de Google.
Il est en chinois, mais il suffit d’utiliser Google Chrome en activant la traduction des pages à la volée pour ne pas être freiné par la barrière de la langue. Les adeptes du Google Webmaster Tools s’y retrouvent très vite car les fonctionnalités y sont présentées de manière identique.

Baidu Webmaster Tools

La popularité

Il semble que l’achat de mots clés (via la plateforme chinoise « Paid Search ») apporte une légère prime au SEO. Il peut donc être intéressant de lancer des campagnes ciblées de liens sponsorisés pour donner un coup de boost à sa visibilité organique.

En parallèle, le netlinking fonctionne particulièrement bien sur Baidu. Plus un site possède de backlinks, plus il se positionne haut.
Baidu favorise les backlinks qui proviennent des sites de son réseau : « Baike » le Wikipédia local, « Zhidao » le « Yahoo! questions-réponses » chinois et « Baidu Tieba », sorte de forum national. Il donne aussi du poids aux sites du gouvernement chinois et aux médias online locaux. Il convient donc d’acquérir des liens depuis ce type de plateformes en priorité.

En revanche, tout lien en provenance d’un site étranger réalisé sur une ancre en langue anglaise n’apportera pas de popularité.
Les réseaux sociaux et les grands sites occidentaux ne sont pas présents en Chine. Facebook, Twitter et Youtube y sont censurés. Il ne sert donc à rien de les utiliser pour générer des liens à destination d’un site chinois, ils ne seront pas pris en compte par l’algorithme de Baidu.

Enfin, les liens depuis les réseaux sociaux populaires en Chine (« Sina Weibo », « Kaixin » ou « Renren ») ne sont pas non plus intéressants car ils sont ignorés par Baidu. Ce sont des concurrents directs du moteur de recherche.

A propos de la censure

Il faut garder à l’esprit que la censure de l’état chinois favorise les acteurs locaux au détriment des entreprises étrangères. Bien que ce marché gigantesque présente un intérêt non négligeable, il sera toujours beaucoup plus difficile de s’y implanter que sur les marchés occidentaux, beaucoup moins difficiles d’accès car non censurés.

Dernier point : il est fortement recommandé de ne jamais agir de façon à s’attirer les foudres du gouvernement (par des critique indirectes ou par la diffusion de contenus interdits par la censure) sous peine de voir son site banni des SERPs pour un certain temps.

Exemple de mission réalisée par Pulsem

Nous avons optimisé pour Baidu le site de la société PNA-AERIAL (filiale du Groupe Lacroix) qui propose du transport de groupes pour les touristes chinois en visite sur Paris et l’Ile de France : www.pna-aerial.cn

pna-aerial

PULSEM

Fondée en 2013 par un Consultant spécialisé en référencement naturel (SEO) et payant (SEA), Pulsem est une agence Search indépendante. Nous accompagnons des entreprises dans l'optimisation de leur visibilité sur les pages de résultats des moteurs de recherche. Nos locaux sont situés au cœur de Paris, dans le 4e arrondissement.

Contacts

PULSEM - Téléphone : 01 88 32 84 92
30-32 boulevard de Sébastopol
75004 Paris

Tweets

Que va-t-il rester de Google France après les dernières annonces de remaniement des équipes de la firme ? http://t.co/dB2QjJrBlJ
Google AdWords convertit maintenant les pubs Flash en HTML5 : http://t.co/dOffPkoj6U #SEA